PROBLEMATIQUE DE LA SUCCESSION DANS LES CHEFFERIES TRADITIONNELLES SAWA DU WOURI

PROBLEMATIQUE DE LA SUCCESSION DANS LES CHEFFERIES TRADITIONNELLES SAWA DU WOURI

Les règles de succession dans la tradition Sawa ne sont pas respectées : chez les Sawa, le chef n’est pas élu, alors que l’administration s’obstine à organiser des élections.

I – DROIT COUTUMIER

Chez les sawa, le chef n’est pas élu, contrairement à ce que l’on voudrait faire croire. Il fut un temps ou l’administration camerounaise, pour des raisons de commodité propre, dues sans doute à la nécessité de maîtriser les chefs traditionnelles, a entrepris de faire élire le chef par un collège électoral facile à manipuler. Mais si la chefferie est une affaire de tradition, et si l’administration voudrait reste fidèle à ce qu’elle a présente ces dernière temps comme sa nouvelle philosophie.

En matière de succession à la tête des chefferies (l’administration ne se mêlera plus des problèmes de succession, nous a – t- on dit, et ne se contentera que d’appliquer la décision du KING MAKERS), alors le respect de nos traditions nous éloigne d’une quelque élection. Aucun chef traditionnel de quelque degré que ce soit, n’a jamais été élu jusqu’à l’indépendance de notre pays (tout au moins à Douala et chez les Sawa, zone qui aujourd’hui nous intéresse). Un chef traditionnel mourrait –il ? On faisait aussitôt appel à son fil pour lui succéder. Et même la désignation du successeur avant sa mort par le dé cujus lui –même, était un mode de dévolution qu’on successoral très souvent pratiqué. Ce n’est qu’en cas de carence des enfants, qu’on faisait appel à la famille composée des frères du défunt qui avaient alors le devoir de designer parmi eux un successeur ; ainsi, chez les AKWA, le roi DIKA MPONDO, avant de décéder, a désigné son fils MPONDO DIKA Ludwing pour succéder.

Mais il devait ajouter qu’au cas où MPONDO DIKA Ludwig ne reviendrait pas de prison, le Commandement devait aller à un autre de ses enfants, DIN DIKA. Et le problème s’est finalement posé entre DIN DIKA ET BETOTE DIKA( deux frères), ce sont tous les fils de DIKA MPONDO qui auront été sollicités pour la désignation du nouveau Roi, et nullement un quelconque Collège Electoral qui serait composé des Chefs de villages d’Akwa. Ce sont les fils de DIKA MPONDO qu’on a alors appelé les BONADIKA, la chefferie existait à Akwa et était détenue par les BONAMPONDO à NGANDO à travers l’un de leurs membres, le Roi DIKA MPONDO ; et avant cela, la chefferie était détenue par les BONANGANDO’A KWA, par le truchement du Roi MPONDO’A NGANDO. De même, à la mort du Roi BETOTE AKWA, seuls ses enfants, les BONABETOTE auraient dû être interrogés pour apporter un successeur à leur père. Aujourd’hui il s’agit tout simplement de savoir si feu Enis Richard KOUM BELL a régné à BONABERI ; si feu Ernest EBONGUE AKWA a effectivement régné à Akwa. Si tel est le cas, ( et je dirai sans risque aucun d’être démenti qu’ils ont tous deux régnés) la succession regarde exclusivement leurs fils, au premier chef. Ce n’est qu’en cas de défaillance de ces fils que les oncles de ces Princes devraient êtres sollicités, mais pas avant.

II- DROIT POSITIF

Le principe de l’élection d’un chef Supérieur par Collège Electoral composé de Chefs de villages ou de quartiers ne répond en rien au droit moderne ; pas plus qu’il ne saurait être envisagé l’élection d’un Chef de village( ou de Quartier en zone urbaine) par des Notables. Nous savons très bien qu’en droit celui qui peut élire (l’électeur) peut aussi poser sa candidature pour être élu (éligible). En général, celui qui est inéligible perd aussi le droit d’élire. Or voila des personnes qui sont appelées à élire un Roi (ou un Chef) mais qui ne pourront jamais faire acte de candidature au poste pour lequel ils sont appelés à voter, car ils ne font pas parti de la famille régnante. Ceci devrait servir à mettre un trait sur l’élection d’un Responsable du Commandement Traditionnel par un quelconque Collège Electoral n’appartenant pas à la famille régnante.

III – Dans un rapport Vice – Premier Ministre, Ministre chargé de l’administration territoriale à propos de la succession à la chefferie de premier degré BELLE – BELLE, le sous Directeur de l’organisation administrative semble poser les bonnes questions, amener un développement de ses idées assez correct ; mais il arrive à la mauvaise solution : les élections entre le fils du Chef défunt et Monsieur KOUM Frédéric.

Dans un autre rapport, les Chefs supérieurs du Wouri sont taxés de fait du dilatoire alors qu’ils ne seraient pas concernés par ce problème de Bonaberi.
Il faudrait savoir si l’administration est plus à même d’interpréter un point de la coutume Sawa que les Chefs Supérieurs Sawa, gardiens de cette coutume. Car il ne s’agit pour les Chef supérieurs Sawa de s’immiscer dans le processus de désignation du successeur de feu Enis KOUM BELL. Mais leur intervention est motivée par le respect d’un point de la coutume Sawa : Le Chef n’est pas élu, mais sort de la famille régnante ; c’est en priorité l’un des fils du défunt Chef qui lui succède et l’on ne fait appel au reste de la famille qu’en cas de défaillance de tous les enfants. Ce point doit être constant et le fait de vouloir ériger en règle de succession chez les Sawa, une disposition qui a été amenée en son temps par l’administration, l’élection est la base de tout le désordre que l’on note aujourd’hui dans la plupart des chefferies du Littoral Sawa.

Ceci est un fait que ce désordre ne peut profiter à l’Etat à qui la chefferie traditionnelle a encore énormément à apporter pour aider le Chef de l’Etat et son gouvernement dans l’œuvre de construction nationale. Et cet apport ne pourra se sentir que dans la sérénité retrouvée.
Notre conclusion est donc que :
1- Le Chef n’est jamais élu : le principe de l’élection ne saurait passer, ni au regard de la coutume Sawa, ni même du droit positif moderne.
2- Le successeur du Chef est prioritairement un de ses fils ; et en cas de défaillance de tous les Princes, alors la famille régnantes LATO SENSU est sollicitée pour donner un Chef.
3- Le Successeur à la chefferie BELLE BELLE doit être incontestablement le fils de feu Enis Richard KOUM BELL, tandis que un des enfants de EBONGUE AKWA est en droit de succéder à son père.
ESSAKA EKWALA ESSAKA KING DEIDO DIMBAMBE

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

  • novembre 2013
    L Ma Me J V S D
    « juin   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Articles récents

  • Mes albums

    • Album : LES DANSES
      <b>223615_255033691193449_3418157_n</b> <br />
    • Album : " MALEA " LES CONSEILS
      <b>bwam1</b> <br />
    • Album : MADUTA MA MBOASU
      <b>t-_Users_davidcadasse_Desktop_SEB___CAM_BLOG_04_CAM_LITT_005</b> <br />
    • Album : MBOASU
      <b>SAR RENE BELL DEUIL SOPPO PRISO</b> <br />

comité des fêtes Bosmie l'A... |
blogafe |
pôle enfance vallée verte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Christ Gloire des Nations
| Sur la route de Lawspet
| "Cercle de l'Amit...