Archive pour le 22 octobre, 2014

NGONDO: SPIRITUALITÉ (suite..)

NGONDO SPIRITUALITÉ 

…. Suite 4e Partie 

Mais pour juger et condamné un monarque, le NGONDO a du admettre qu’il fallait dans ces procès humains la caution d’une intervention divine. D’où sans doute le NGONDO MAGICO-RELIGIEUX. Encore que cette dimension-là est davantage ancrée dans la vielle tradition du Wongo’a Jengu, vase sacrée qui recueille dans les Profondeurs Fluviales le verdict de Nyambé par l’entremise des Esprits de l’Eau, et ce, dans un rite baptisé la Messe de l’Eau, dont les officiants sont tous natifs de l’ile de Jebalē (de Jo Male : l’ Épouse Ondine de Malē a Mbedi ici frère d’Ewal’e, mais une autre version nous rapporte Malē a Mbongo donc oncle d’Ewal’e=Duala), ou à défaut, en cas d’impérieuse nécessité, des natifs de Bona Muti (frange basée à Deido) ou encore de Bon’Ekakanga (Bojōngō).
.
LA SPIRITUALITÉ ANCESTRALE

La Spiritualité ancestrale Sawa est celle vouée depuis toujours au Dieu unique et trinitaire Ñamb’a Kwa Dibenga, immortel créateur de l’univers et des êtres et choses qui le peuplent, lequel est détaillé comme étant à la fois et successivement :
- La Puissance Suprême, ou Ñambe (lire Nyambé) proprement dit, créateur, Ordonnateur et Commandeur de tout et de tous ; 
- L’incarnation humano-végétale dite Epasi Ebongo Epasi Moto (Moitié bois moitié Homme) ; en d’autre termes matérialisé végétalement par le Kwa, ā Kwasē, ā kwakwē ; Arbre de la Justice, et humainement par Jeki la Njamb’a Inōnō ou fils (miraculeux) du Dieu Immortel ;
- Et enfin l’Esprit d’éternité, Dibenga, celui-qui- continue – éternellement – d’être. 
.
Par conséquent qui, pour justifier le monde physique, temporel et mortel que constituent la terre et ses sœurs célestes, préconise aussi la foi en l’existence d’un monde spirituel, intemporel et immortel constitué, lui de zones de damnation (Diboma) que nous tairons ici délibérément, et de zones de félicité ou Paradis dénommées respectivement selon le type de culture en cause : Dikoba (Paradis Aquatique), Dikolo (Paradis Céleste), et enfin Sisi (Paradis Terrestre) règne des Basisi ou « ceux du Monde souterrain ». Trois Paradis par conséquent distincts et variés, mais d’égale félicité et de valeurs symboliques correspondantes ; dont l’accès n’est réservé qu’aux Justes : ceux qui ont passé leur vie terrestre dans l’observance des divins préceptes édictés par les Masō ma ndala, livres sacrés à nous révélés par la Tradition Orale.
.
Voici ce que nous rapporte Éric de ROSNY dans son livre intitulé Ndimsi
L’unité, c’était la famille jebale présente, avec ses Bawènya (les vivants), Bawèdi (ses morts) et ses miengu. Elle était symbolisée par une prêtresse jengu. Appelée dans sa fonction rituelle mangon, c’est-à-dire gardienne du vase sacré. 
.
L’hymne jengu.
Tant bien que mal nous avons pu déchiffrer les trois chants qui forment un ensemble. La langue en est jengu, parsemée de mots de Langues Sawa ; elle était enseignée autrefois aux membres des sociétés secrètes initiatiques. Depuis leur disparition (1879), rares sont encore les connaisseurs qui peuvent fournir indications et traductions. 
Pour donner une idée de la densité de sens de chaque mot, voici l‘explication de l’indicatif bien connu des côtiers, qui est lancé avant chaque chant jengu :
- Ya a so ya, 
- so ya ya, 
- ya a so. So ya est l’abréviation de So Yambe, qui est le titre de tout rite jengu. 
So Yambe, à son tour, serait une contraction de Soso la Nyambe qui veut dire : pierre du foyer de Nyambe. 
.
©Extrait du Masō Ma Ndala
« Révélation des Vérités Cachées »
De : Ebele Wei

….  Suite  4e Partie<br /><br />
NGONDO  SPIRITUALITÉ<br /><br />
Mais pour juger et condamné un monarque, le NGONDO a du admettre qu’il fallait dans ces procès humains la caution d’une intervention divine. D’où sans doute le NGONDO MAGICO-RELIGIEUX. Encore que cette dimension-là est davantage ancrée dans la vielle tradition du Wongo’a Jengu, vase sacrée qui recueillir dans les Profondeurs Fluviales le verdict de Nyambé par l’entremise des Esprits de l’Eau, et ce, dans un rite baptisé la Messe de l’Eau, dont les officiants sont tous natifs de l’ile de Jebalē (de Jo Male : l’Epouse Ondine de Malē a Mbedi ici frère d’Ewal’e, mais une autre version nous rapporte Malē a Mbongo donc oncle d’Ewal’e=Duala), ou à défaut, en cas d’impérieuse nécessité, des natifs de Bona Muti (frange basée à Deido) ou encore de Bon’Ekakanga (Bojōngō).<br /><br />
.<br /><br />
LA  SPIRITUALITÉ  ANCESTRALE</p><br />
<p>La Spiritualité ancestrale Sawa est celle vouée depuis toujours au Dieu unique et trinitaire Ñamb’a Kwa  Dibenga, immortel créateur de l’univers et des êtres et choses qui le peuplent, lequel est détaillé comme étant à la fois et successivement :<br /><br />
- La Puissance Suprême, ou Ñambe (lire Nyambè) proprement dit, créateur, Ordonnateur et Commandeur de tout et de tous ;<br /><br />
- L’Incarnation humano-végétale dite Epasi Ebongo Epasi Moto (Moitié bois moitié Homme) ; en d’autre termes matérialisé végétalement par le Kwa, ā Kwasē, ā kwakwē ; Arbre de la Justice, et humainement par Jeki la Njamb’a Inōnō ou fils (miraculeux) du Dieu Immortel ;<br /><br />
- Et enfin l’Esprit d’éternité, Dibenga, celui-qui- continue - éternellement - d’être.<br /><br />
.<br /><br />
Par conséquent qui, pour justifier le monde physique, temporel et mortel que constituent la terre et ses sœurs célestes, préconise aussi la foi en l’existence d’un monde spirituel, intemporel et immortel constitué, lui de zones de damnation (Diboma) que nous tairons ici délibérément, et de zones de félicité ou Paradis dénommées respectivement selon le type de culture en cause :  Dikoba (Paradis Aquatique), Dikolo (Paradis Céleste), et enfin Sisi (Paradis Terrestre) règne des Basisi ou "ceux du Monde souterrain". Trois Paradis par conséquent distincts et variés, mais d’égale félicité et de valeurs symboliques correspondantes ; dont l’accès n’est réservé qu’aux Justes : ceux qui ont passé leur vie terrestre dans l’observance des divins préceptes édictés par les Masō ma ndala, livres sacrés à nous révélés par la Tradition Orale.<br /><br />
.<br /><br />
Voici ce que nous rapporte Éric de ROSNY dans son livre intitulé Ndimsi<br /><br />
L'unité, c'était la famille jebale présente, avec ses Bawènya (les vivants), Bawèdi (ses morts) et ses miengu. Elle était symbolisée par une prêtresse jengu. Appelée dans sa fonction rituelle mangon, c'est-à-dire gardienne du vase sacré.<br /><br />
.<br /><br />
L'hymne jengu.<br /><br />
Tant bien que mal nous avons pu déchiffrer les trois chants qui forment un ensemble. La langue en est jengu, parsemée de mots de Langues Sawa ; elle était enseignée autrefois aux membres des sociétés secrètes initiatiques. Depuis leur disparition (1879), rares sont encore les connaisseurs qui peuvent fournir indications et traductions.<br /><br />
Pour donner une idée de la densité de sens de chaque mot, voici l‘explication de l'indicatif bien connu des côtiers, qui est lancé avant chaque chant jengu :<br /><br />
- Ya a so ya,<br /><br />
- so ya ya,<br /><br />
- ya a so.  So ya est l'abréviation de So Yambe, qui est le titre de tout rite jengu.<br /><br />
So Yambe, à son tour, serait une contraction de Soso la Nyambe qui veut dire : pierre du foyer du Nyambe (Dieu).<br /><br />
.<br /><br />
©Extrait du Masō Ma Ndala<br /><br />
« Révélation des Vérités Cachées »<br /><br />
De : Ebele Wei<br /><br />
.<br /><br />
Image photo: Retour de l'immersion du Vase Sacrée par les Grands Prêtres  Feu- Té' NGANGE et Té' MANG' EBANDA
Image photo: Retour de l’immersion du Vase Sacrée par les Grands Prêtres Feu- Té’ NGANGE et Té’ MANG’ EBANDA

  • octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept   juin »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Articles récents

  • Mes albums

    • Album : LES DANSES
      <b>223615_255033691193449_3418157_n</b> <br />
    • Album : " MALEA " LES CONSEILS
      <b>bwam1</b> <br />
    • Album : MADUTA MA MBOASU
      <b>t-_Users_davidcadasse_Desktop_SEB___CAM_BLOG_04_CAM_LITT_005</b> <br />
    • Album : MBOASU
      <b>SAR RENE BELL DEUIL SOPPO PRISO</b> <br />

comité des fêtes Bosmie l'A... |
blogafe |
pôle enfance vallée verte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Christ Gloire des Nations
| Sur la route de Lawspet
| "Cercle de l'Amit...