• Archives

  • Mes albums récents

    • Album : E NGINGILA E?
      <b>DUTA LA MULOPO</b> <br />
    • Album : " MALEA " LES CONSEILS
      <b>bwam1</b> <br />
  • avril 2017
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne

Spiritualité & Culture Sawa

Spiritualité & Culture Sawa

Très bonne question de Pa’ a Mulédi Djengué : QUELLE EST LA RELIGION IDEALE pour LES SAWA ?
MA REPONSE : Aucune réponse à caractère scientifique n’a été apportée à cette question. Aucune Etude de nature sociologique, éthnologique, anthropologique, historique, pédo-psychiatrique, neuro-linguistique, ne permet d’affirmer ou de recommander à ce jour la ligne idélale que devrait suivre tout sawa en matière de divinités ou de spiritualité.
Des Thèses sont avancées et des pistes restent à explorer : On peut citer la THESE du Prince DIKA AKWA nya Bonambéla sur le NYAMBEISME.   Ces travaux ne répondent pas à la question de Pa ‘a Mulédi mais déclinent le NYAMBEISME comme Mode de pensée et d’organisation Négro – Africaine.
On peut retenir la THÈSE de MA KOKI, qui est fondée sur la RÉVÉLATION de l’AMOUR comme étant la clé de toute quête vers une spiritualité idéale.   En soutenant que l’AMOUR permet d’établir des connexions positives avec ses semblables, que l’AMOUR est un révélateur de conscience et nous projette dans la nature ou dans l’univers, MA KOKI place l’AMOUR au cœur de toute quête spirituelle.   Que doit – on retenir de ces THÈSES diverses ?
Suffit -il de s’enjoliver d’AMOUR pour s’accomplir dans sa spiritualité ou ses divinités ? Qui inspire MA KOKI dans cette démarche et où puise t-elle cette THÉORIE de l’AMOUR ?
En citant JÉSUS CHRIST et en se conformant aux principes de l’EVANGILE, MA KOKI replace le Christianisme au centre du débat.   Peux -t-on dans ces conditions proposer aux sawa de croire au DIEU des Chrétiens alors que les SAWA soutiennent mordicus que Nyambé, leur marque divine, précède JESUS et tout type de Christianisme ?
Sur QUEL REFERENTIEL SPIRITUEL ou DIVIN, sur quel DIEU devons nous apposer nos croyances ? Quel NOM devons nous crier ou évoquer lors de nos pratiques réligieuses ou spirituelles ?
Si certains SAWA s’appuient, au gré de l’Histoire et des évolutions de notre sawaland sur des principes propres au Christianisme, ce n’est pas sans raison : Le christianisme a marqué les esprits et s’est enraciné dans la conscience collective= Prenez cet exemple = Combien de fois nous arrive – t-il de nous exclamer en ces mots, très révélateurs, et porteurs d’une certaine charge divine  » YESU CHRISTO  » JESUS CHRIST « ! Mais ce fils de DIEU que nous implorons, c »est plutôt le fils de JEHOVAH et non celui de NYAMBE.
Dans nos prières et dans nos incantations, invoquons nous Nyambé comme divinité ou c’est plutôt YEHOVAH LOBA qui est cité en priorité par nos mamans et nos papas ? C’est tout l’intérêt et c’est là, la portée de la question de Pa ‘ a Mulédi.
Examinons le contenu de nos cantiques : Combien de ces cantiques mentionnent le nom de Nyambé ? Quand nous élevons nos voix vers le ciel dans ces églises ou ces temples où abondent les sawa le Dimanche, chantons nous  » Nyambé  » ou JESUS ou JEHOVAH LOBA ?
Autant de contradictions ou de paradoxes apparents, mais qui s’expliquent aisément : Les divinités se sont superposées au gré de l’histoire religieuse du peuple sawa = JEHOVAH a croisé NYAMBE au moment ou l’ANIMISME ne trouvait plus aucun echo au sein du SAWLAND.
Afin d’orienter mon analyse et de fixer quelques REPÈRES pour notre SAWALAND, je propose comme piste de REFLEXION deux dogmes =
1-LE DOGME de la liberté d’expression réligieuse
2- LA THEORIE du CONTENANT et du CONTENU réligieux
Premier dogme : LA LIBERTE d’EXPRESSION RELIGIEUSE = Tout individi est unique. La réligions doit s’exprimer à partir d’une démarche individuelle et personnelle : Quand nous prions, nous exprimons des convictions et nous laissons libre à nos croyances. Ces croyances sont le fruit ou le reflet d’une histoire de vie, de nos aspirations, de nos doutes, de notre espérance. Il s’agit d’une démarche exclusive et intime qui ne doit en rien ressembler à celle du voisin. On ne saurait donc recommander aux sawa une spiritualité collective même si leur suprême créateur, Nyambé demeure le DIEU naturel de tous les SAWA .
Et c’est afin de mieux personnaliser nos croyances en les adaptant aux circonstances et aux évènements, qu’il conviendrait de distinguer le CONTENU du CONTENANT :   Deuxième dogme = DISSOCIER le CONTENU du CONTENANT = Allah, Nyambé Jehovah, Loba, sont des appelations qui marquent des territoires spirituels ou divins.
Je ne vois aucun intérêt à vouloir opposer ou conflictualiser ces divinités. Si je me retrouve, moi enfant SAWA, au MAROC ou en ALGERIE sur cette terre de prédilection du prophète MAHOMET, qu’est ce qui me garantit que l’INVOCATION du nom Nyambé conviendrait aux lieu et place du NOM ALLAH ?
Le message d’AMOUR que je serais emmené à délivrer, en m’inspirant des préceptes de JESUS CHRIST ou du REFERENTIEL moulé dans le CHRISTIANISME, sera t-il bien perçu et mieux reçu dans ce contexte islamique ?
Je distingue dans ces conditions, le CONTENANT = ( Nyambé, Allah, Jéhovah ), que j’invoque librement et sans aucun état d’âme et sans que je sois d’ailleurs obligé de les citer.
Quel intérêt aurais-je à citer telle ou telle marque de fabrique DIVINE, dès lors que l’UNICITE des DIEUX, malgré la pluralité des réligions, demeure incontestable. En revanche le CONTENU mérite d’être bien rigoureusement formulé = La prière est une énergie et pour faire jaillir cette énergie, nul doute qu’une METHODE pourrait nous être utile :
Dans le but d’optimiser cette énergie, je propose aux sawa de conserver leur LIBERTE d’expression religieuse, tout en se concentrant sur le poids de leurs convictions =
En mettant cette générosité ou ce puissant élan d’amour, cher à MA KOKI, au cœur de ma prière, je maximise le contenu tout en minimisant le contenant ( marque divine ). Raison pour laquelle, je me permets de conclure, en suggérant aux sawa cette modeste prière qui nous réconcilierait avec Nyambé notre suprême divinité, tout en accordant notre générosité aux autres marques divines :
PRIERE proposée aux SAWA :
« Nyambé nyé mba o mûdi
Kumb’ a ngô é lanyé
Ndol’a ngô é tondé
Minam môngô mi panyé
O si dimbédi sawa nya bôlô
O si kimédi bànà bà lôndô
O si yan tumbà lôngô
O si wutanè bisô dibiyè lôngô
Di wasi o wa mwésé nà bulu
Di kom misôdi o éyid’ à méngu
Di pimbédi o was’ à miôlô mà ndutu
Di pambilànè o nin sawa nya nyungu
Pondà nya pô , idibà i ma jésèlè
Ndolo i mà sôlô o midi mà ndéngè
Di tam o wa nà di bè munyèngè
Di pôsi o wà o nin pondà bényèngèn
Miléma mi télàmènè o kasa ndolo
Mabum ma tindamè o miya mbombo
Manè maloba mà bèn nyong’ à masoso
Manè manéya mà bélàbè o ngosso
Massosso mà nyambé mà kasi sô Yésu
Banà bà sawa bà tingamènè o mbudu
Nà ndolo é lanyé o miunjà ma wasé
Na dibemba la nyambé di pèpèlè pè Allah.
Lobé De Bonabenga.

Laisser un commentaire

 

comité des fêtes Bosmie l'A... |
blogafe |
pôle enfance vallée verte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Christ Gloire des Nations
| Sur la route de Lawspet
| "Cercle de l'Amit...